• 10% sur tout le site : CODE PROMO

TEST / Samsung Galaxy Fold, bien plus qu'une lubie

samsung-galaxy-fold-vs-ipad-pixel
Le Samsung Galaxy Fold a la lourde tâche d'être le premier terminal pliable à passer par nos laboratoires. Que vaut donc ce smartphone d'un genre nouveau, lancé à plus de 2 000 € ?
 

 

CARACTÉRISTIQUES
 
  • Dimensions160.9 x 117.9 x 17 mm
  • Poids263 g
  • Diagonale d'écran7.3 pouces
  • Définition d'écran2152 x 1536
  • DPI362
  • Type d’écranSuper Amoled

 

PRÉSENTATION
 
Avant même sa sortie, le Samsung Galaxy Fold a connu quelques déboires qui ont mené à un retard de sa commercialisation. Il n'en reste pas moins le premier smartphone pliable à passer entre nos mains pour un test complet. Pour l'heure, le marché reste minuscule, occupé par un Huawei Mate X qui n'est pas encore sorti au moment où nous écrivons ces lignes et un Royole FlexPai difficilement trouvable. Tous ont un point commun au-delà de leur écran pliable : leur tarif prohibitif. Le Galaxy Fold coûte plus de 2 000 €, ce qui refroidira forcément la majorité des consommateurs. Un prix élevé qui se justifie par les faibles volumes de production. Pour ce tarif, Samsung inclut tout de même une paire d'intras Galaxy Buds ainsi qu'un an d'assurance Samsung Care+. Mais au-delà de son prix, le Galaxy Fold est-il convaincant ?
 
samsung-galaxy-fold-vs-ipad-pixel.jpg
Le Galaxy Fold, mi-smartphone, mi-tablette.

 

ERGONOMIE ET DESIGN 4/5
 

Au premier abord, difficile de ne pas être complètement dérouté par le Galaxy Fold. Mi-tablette, mi-smartphone, il ne ressemble à aucun autre terminal du marché. La promesse est ici d'offrir un smartphone utilisable d'une seule main — quand le Fold est replié — et une tablette plus confortable pour la lecture ou le visionnage de vidéos — quand il est déployé.
samsung-galaxy-fold-petit-ecran.jpg
Le Galaxy Fold : un petit écran facile à utiliser d'une seule main.

Sous la première des deux formes, le Galaxy Fold crée tantôt de la curiosité, tantôt du dégoût chez les personnes qui le découvrent. Il faut dire que replié, il se montre très long (16,1 cm), étroit (6,3 cm) et plutôt épais (1,7 cm). Des dimensions que l'on croise plus souvent dans le monde des télécommandes que dans celui des smartphones. Pour autant, sa conception le rend étonnamment agréable à tenir. L'épaisseur n'est pas si handicapante que l'on pourrait le penser, même dans une poche de pantalon. Les avis peuvent diverger sur ce point, mais le Fold n'est pas plus gênant en poche qu'un grand smartphone de plus de 6 pouces, comme un Galaxy S10+. Ce dernier est légèrement moins haut, mais se rattrape en largeur.
samsung-galaxy-fold-tranche.jpg
Une épaisseur certaine, mais pas si dérangeante.

Sur la face avant du Galaxy Fold replié se trouve un écran qui paraît minuscule avec ses 4,6 pouces (11,68 cm) de diagonale. Plus que sa diagonale, c'est là encore sa forme allongée qui surprend. Ce petit écran possède un ratio 21:9, idéal pour en couvrir toute la largeur d'une seule main. Pour la hauteur, le problème est ailleurs. Cette fois, c'est la position de l'afficheur, centré sur la face avant, qui dérange. On aurait aimé trouver l'écran un ou deux centimètres plus bas, pour ne pas avoir à placer sa main trop haut sur le corps du smartphone.
samsung-galaxy-fold-lecteur.jpg
Le lecteur d'empreintes est placé sur la tranche.

Car en positionnant sa main si haut, le placement des touches sur la tranche droite n'est plus idéal. Les touches de déverrouillage et le lecteur d'empreintes se retrouvent alors trop bas. Une fois que l'on a pris le pli de cette petite gymnastique, cela devient plus acceptable. Dans l'ensemble, lorsque le Galaxy Fold est replié, il remplit plutôt bien sa tâche de smartphone utilisable d'une seule main.
1_samsung-galaxy-fold-tranche.jpg
Une organisation des boutons un peu étrange.

Pour poursuivre au sujet des boutons, nous relevons une sorte d'incohérence dans leur fonctionnement. Il faut systématiquement utiliser la touche de déverrouillage, puis poser son doigt sur le lecteur d'empreintes situé juste en dessous. Il serait plus évident de déverrouiller automatiquement le terminal en utilisant le lecteur d'empreintes. Lorsqu'on appuie sur le lecteur d'empreintes, cela permet de lancer Bixby, l'assistant virtuel de Samsung. À noter que la version française est toujours au stade de la bêta.
samsung-galaxy-fold-face-grand.jpg
Le Galaxy Fold : une tablette aux bords très fins.

Passons maintenant de la position "smartphone" à la position "tablette". Premier petit bémol, il est difficile, voire périlleux, d'ouvrir le Galaxy Fold d'une seule main. Pour maintenir les deux parties solidaires lorsqu'il est replié, le Galaxy Fold se sert d'un système d'aimants. Des aimants un poil trop puissants pour ouvrir le terminal d'une seule main, sans craindre de le faire tomber. Dans la mesure où la position ouverte appelle un usage des deux mains, ce problème n'est pas rédhibitoire pour autant.
samsung-galaxy-fold-deplie.jpg
Difficile de déplier le Fold d'une seule main.

Une fois déployé, le Galaxy Fold offre son grand écran de 7,3 pouces (18,54 cm) au ratio 4,2:3. C'est dans cette position que le terminal de Samsung est le plus impressionnant. Il se transforme en tablette, aux bords d'écran particulièrement fins. L'écran occupe ainsi plus de 85 % de la face avant en mode tablette. Bien loin des 70 % d'un iPad Mini 2019. Sur le Galaxy Fold, seule une enclave vient entamer cette surface, pour intégrer 2 modules photo et différents capteurs. Une présence qui s'oublie très vite à l'usage.
samsung-galaxy-fold-encoche.jpg
Une enclave pour loger les modules photo.

Comme nous l'expliquons dans un article dédié, la pliure de l'écran n'est pas véritablement un problème. Elle est surtout visible lorsqu'on regarde l'écran de côté. Après une dizaine de jours d'utilisation, nous n'avons rencontré aucun problème lié à l'écran, contrairement à d'autres. Toutefois, ces cas sont tous liés à une utilisation non conseillée du Galaxy Fold. 
samsung-galaxy-fold-film.jpg
Un écran tout confort pour les films.

À l'usage, le fait de pouvoir passer d'un petit terminal, facilement utilisable d'une seule main, à une tablette, plus confortable pour les longues séances de consultation, est agréable. L'équilibre entre les deux écrans se fait naturellement, en fonction des usages et des conditions. Quelques petits problèmes subsistent pour certaines applications, qui supportent mal le passage d'un ratio à un autre à la volée. Ces applications se sont comptées sur les doigts d'une main jusqu'à présent, parmi la centaine utilisée. Pour ces quelques applications, il faut passer par une fermeture puis une réouverture de l'appli à chaque changement d'écran.
samsung-galaxy-fold-dos.jpg
Le Galaxy Fold déplié, vu de dos.

Le format pliable du Galaxy Fold lui impose quelques contraintes techniques. La plus notable est l'absence d'étanchéité de l'appareil. Dommage, car les certifications IP sont devenues monnaie courante sur les terminaux haut de gamme. Attention donc à ne pas trop exposer son Galaxy Fold à la pluie, par exemple.
samsung-galaxy-fold-bas.jpg
Pas de prise mini-jack 3,5 mm.

Le Galaxy Fold intègre un port USB-C, mais fait l'impasse sur la prise mini-jack 3,5 mm. Une faute que Samsung tente de se faire pardonner en incluant une paire d'intras true wireless (100 % sans fil) Galaxy Buds.
 
 

 

ECRAN 5/5
 

Écran principal : 7,3", 2 152 x 1 536 px

L'écran principal, comme l'appelle Samsung, est celui qui se trouve à l'intérieur du Galaxy Fold. Il s'appuie sur une dalle Dynamic Amoled — la même technologie que celle utilisée par le Galaxy S10 — de 7,3". Elle affiche une définition de 2 152 x 1 536 px, pour une résolution de 362 ppp. Ce qui différencie cet écran de celui du S10, c'est bien évidemment son côté pliable. Pour ce faire, la dalle de verre est remplacée par une couche de plastique. Une couche elle-même recouverte d'une protection d'écran — qui a causé tant de problèmes lors des premiers tests. Samsung insiste bien désormais sur le fait qu'il ne faut absolument pas enlever cette couche supérieure qui fait partie intégrante de la structure de l'écran.

Comme nous vous le montrions dans un article à ce sujet, la couche supérieure de l'écran est très bien là où elle est. Au-delà de la protection qu'elle apporte, elle n'a en plus quasiment aucun impact sur nos mesures, que ce soit en termes de luminosité ou de réflectance.

Comme tout écran fondé sur une technologie Oled, celui du Galaxy Fold profite d'un taux de contraste presque infini. Nous mesurons en outre une luminosité maximale de 720 cd/m². Une valeur élevée qui permet de contrer correctement les reflets que peut causer un soleil radieux. D'autant que le Galaxy Fold n'est pas exemplaire sur ce point, avec un taux de réflexion lumineuse de 51,6 %. 
 
COLORIMÉTRIE
Delta E = 3,1
  
Souvent chez Samsung, la colorimétrie est particulièrement soignée. Le Galaxy Fold est loin d'être mauvais dans l'exercice, mais il se montre un peu moins fidèle que les références de la marque coréenne. Nous mesurons un delta E à 3,1, qui échoue à un cheveu de la barre fatidique des 3. La faute incombe à quelques nuances qui dérivent plus que d'autres, notamment le vert (delta E à 7). La température de couleur s'établit pour sa part à 6 628 K, ce qui est proche là encore de la norme de 6 500 K attendue.

Du côté de la réactivité enfin, l'écran pliable du Galaxy Fold se place dans la moyenne. Nous avons mesuré un retard tactile de 81 ms, et sa rémanence est nulle — merci l'Oled.
 

Écran secondaire : 4,6", 1 680 x 720 px

Pour le petit écran, Samsung a choisi une dalle Super Amoled de 4,6". Une technologie qui assure toujours un taux de contraste quasi infini. La luminosité maximale reste très élevée à 758 cd/m². Le taux de réflexion lumineuse est plutôt bon et surtout meilleur, à 45,2 %, que celui du grand écran. Cet écran secondaire fait également mieux que son grand frère en matière de colorimétrie. Nous mesurons cette fois un delta E excellent à 2,7 et une température de couleur à 6 595 K.
 
COLORIMÉTRIE
Delta E = 2,7
Avec son ratio peu commun de 21:9 — que l'on croise par ailleurs sur les Xperia 10 de Sony — et une définition de 1 680 x 720 px, le petit écran du Galaxy Fold parvient à une résolution de 399 ppp. Il est presque aussi réactif que son grand frère, avec un retard tactile de 89 ms et une rémanence nulle encore une fois.
 

 

PERFORMANCES 5/5
 

Avec une plateforme Qualcomm Snapdragon 855 aux manettes, le Galaxy Fold n'a aucun mal à faire face à tout ce qu'on lui soumet. Avec son grand écran, il se prête honnêtement à la gestion de plusieurs applications en même temps. Il est possible d'en afficher 3 en partage d'écran, sans que le Fold faiblisse. Avec ses 12 Go de RAM, il faut bien avouer que le terminal de Samsung dispose de plus de mémoire vive qu'il n'en faut.
samsung-galaxy-fold-temp.jpg
Températures relevées après une forte sollicitation des parties CPU et iGPU.

Lorsqu'on le soumet à une très intense charge de travail, le Galaxy Fold monte en température. Nous relevons jusqu'à 41,5 °C en surface à l'avant. Comme vous pouvez le voir sur l'image ci-dessus, cette montée en température est limitée à une zone de l'appareil. Cette zone n'étant que peu directement concernée par la position de la main, cela atténue quelque peu la gêne.

La puce graphique Adreno 640 est actuellement l'une des plus efficaces dans le monde du mobile. Elle le prouve encore ici et ouvre grand les portes du Play Store au Galaxy Fold. Aucun jeu ne lui résiste, même les plus gourmands restent des modèles de fluidité.
 

 

AUDIO 3/5
 

Le Samsung Galaxy Fold abandonne la prise mini-jack 3,5 mm. Cette dernière commence à faire partie des espèces en voie de disparition. Le Fold n'est pas livré avec un adaptateur USB-C vers mini-jack. Habituellement, sur les smartphones, ce fait est sanctionné par une note de 2 étoiles pour la partie "Audio". Ici, nous considérons que cette absence est en partie compensée par une paire d'intras true wireless Samsung Galaxy Buds fournie dans la boîte. Nous ne pouvons, quoi qu'il en soit, pas réaliser notre batterie de mesures habituelles. La qualité de la sortie en Bluetooth dépendra du matériel utilisé.
samsung-galaxy-fold-buds.jpg
Pas de prise mini-jack 3,5 mm, mais une paire de Galaxy Buds est fournie.

L'autre aspect qui nous pousse à rehausser d'une étoile la note normalement bridée du Galaxy Fold tient au fait que nous ne l'appliquons pas sur les tablettes. Nous estimons que les haut-parleurs ont une plus grande importance sur tablette que sur smartphone. Ils sont ici très bon sur le Galaxy Fold, qui en compte 2, placés de manière à offrir une bonne stéréo. Ils offrent une puissance supérieure à la moyenne et une scène sonore plutôt riche. Sans descendre jusqu'aux graves, le bas du spectre est correctement représenté, ce qui est plutôt rare, même sur les tablettes. Dommage que la distorsion vienne jouer les trouble-fêtes dans les extrêmes aigus, car la copie du Galaxy Fold était presque parfaite sur ce point. Pour enrayer ce défaut, il faudra se passer du cran le plus élevé du volume.
 

 

PHOTO 4/5
 

Avec tout cela, on en oublierait presque que le Galaxy Fold reste — en partie — un smartphone et qu'il est attendu dans le domaine de la photo. Sur ce point, il reprend le même trio de modules photo que l'on retrouve sur le Galaxy S10+. Il compte ainsi un module principal avec un capteur 12 Mpx et optique stabilisée, équivalent 26 mm, à ouverture variable (f/1,5 ou f/2,4). Le second module s'appuie sur un capteur 16 Mpx et une optique très grand-angle, équivalent 13 mm, ouvrant à f/2,2. Enfin, le troisième est équipé d'un capteur 12 Mpx et d'une optique stabilisée, équivalent 52 mm, ouvrant à f/2,4.
samsung-galaxy-fold-modules.jpg
Les 3 modules photo au dos du Galaxy Fold.
 

Module principal : 12 Mpx, 26 mm f/1,5-2,4

En plein jour, le module principal du Galaxy Fold se montre correct, mais guère plus. Il est étonnant de voir que Samsung n'applique pas le même traitement d'image que sur son Galaxy S10+. Le Fold joue beaucoup plus sur l'accentuation du contraste que son cousin, et perd beaucoup en naturel. Par rapport au Huawei P30 Pro, on note également une tendance à la surexposition pour le terminal pliable. Le niveau de détail reste très bon dans l'ensemble, et le Galaxy Fold profite de l'excellente réactivité de son autofocus.


En basse lumière, le Galaxy Fold n'est encore une fois pas à la fête. L'accentuation est ici aussi au rendez-vous tandis que les aplats sont particulièrement lissés. Le P30 Pro est, dans ces conditions, nettement supérieur à son adversaire. Un constat étonnant à la vue des EXIF des clichés. En effet, le rendu du Galaxy Fold est assez décevant pour un smartphone qui monte si peu en sensibilité (400 ISO) et qui déclenche si lentement (1/6). L'apport de l'ouverture plus grande du Galaxy Fold ne se ressent absolument pas. En face, le P30 Pro se permet de déclencher plus rapidement et monte plus haut en sensibilité, tout en conservant plus de détail. 

 
 

Module ultra grand-angle : 16 Mpx, 13 mm f/2,2

De plus en plus de smartphones intègrent un module ultra grand-angle, permettant de capturer des paysages et des bâtiments plus facilement. Force est de constater que l'on retrouve le même comportement du Galaxy Fold ici que plus haut. Le traitement d'image pousse l'accentuation dans ses retranchements, contrairement au P30 Pro qui parvient à conserver un aspect neutre et plus détaillé. Par ailleurs, les clichés très grand-angle du Fold sont marqués par une forte déformation en barillet. Une distorsion qui est mieux corrigée par le P30 Pro, mais ce dernier possède une focale un peu plus longue (16 mm, contre 13 mm pour le Fold).



Quand la luminosité diminue, ni le Huawei P30 Pro ni le Samsung Galaxy Fold ne se montre exemplaire au très grand-angle. Cependant, c'est le second qui sort vainqueur du duel sur ce point précis. Malgré un bruit électronique très présent, il parvient à conserver un peu mieux les détails dans l'image. Surtout, le Fold conserve une meilleure exposition que son concurrent.

 
 

Module zoom 2x : 12 Mpx, 52 mm f/2,4

Le troisième module photo dorsal du Galaxy Fold se montre plutôt bon pour sa part, tant que la lumière est suffisante. Il parvient à conserver une bonne quantité de détails et joue un peu moins que ses compères sur l'accentuation du contraste. Avec sa focale équivalente à un 52 mm, ce module est bien aidé par la stabilisation optique qui fait un excellent travail. Cela ne suffit pas à sauver l'affaire en basse luminosité pour autant. Comme la quasi-totalité des smartphones, le Galaxy Fold repasse sur un zoom numérique à partir du module principal quand la lumière n'est pas suffisante. Sur la comparaison ci-dessous, le Galaxy Fold s'en sort bien face au P30 Pro. Cependant, le second s'appuie sur une focale beaucoup plus longue, équivalente à un 135 mm.


 

Modules frontaux : 10 + 8 Mpx

Le Galaxy Fold compte pas moins de 3 modules photo frontaux. Deux sont placés dans l'enclave de l'écran en position tablette et le troisième est placé au-dessus du petit écran secondaire. Ce dernier module s'appuie sur un capteur 10 Mpx et produit des clichés corrects, qui manquent parfois de piqué. La gestion de l'exposition et des contre-jours est satisfaisante. À l'intérieur du Fold, on retrouve exactement le même module pour un résultat similaire. Le capteur de 8 Mpx n'est là que pour épauler celui de 10 Mpx pour les mesures de profondeur, notamment en mode portrait. Ce mode n'est toutefois pas des plus fameux et manque quelque peu de précision dans le découpage des visages.

Les amateurs d'enregistrement vidéo pourront grimper jusqu'à une définition UHD à 60 i/s. On retrouve globalement les mêmes défauts qu'en photo, à savoir une tendance au lissage en basse lumière. Le rendu reste tout de même fluide et le suivi de mise au point se montre particulièrement efficace. Le Galaxy Fold propose également des modes ralentis, à 960 i/s en 720p et à 240 i/s en 1080p.
 

 

AUTONOMIE 5/5
 

Le Samsung Galaxy Fold embarque 2 batteries pour une capacité totale de 4 380 mAh. Notre protocole de test SmartViser n'est pas encore capable de plier et déplier automatiquement les smartphones pour simuler un usage sur les deux écrans. Nous avons donc réalisé 2 tests, l'un uniquement sur le petit et l'autre uniquement sur le grand écran. Sur le premier, le Galaxy Fold a tenu pendant 23 h 35 min, sur le second ce temps chute à 16 h 32 min. Après une bonne dizaine de jours d'utilisation nous estimons employer un tiers du temps le petit écran et le reste le grand écran. Dans la pratique, il est difficile de vider la batterie avant une journée et demie intensive. Un usage plus modéré pourra sans difficulté porter le Fold à 2 jours d'utilisation. Une belle performance dans l'ensemble.
samsung-galaxy-fold-autonomie.jpg
Il faut quand même compter environ 2 h 15 min pour une recharge complète de l'appareil.
 
Interface & OS
 
Le Samsung Galaxy Fold est livré sous OneUI, fondé sur Android 9.0 Pie. Il reprend dans les grandes lignes ce que l'on trouve sur les Galaxy S10. Son interface tente de faire la part belle à l'utilisation à une seule main. Une réussite forcément très partielle sur le Galaxy Fold et son immense écran principal. 

Samsung reconduit par ailleurs ses routines Bixby. Celles-ci permettent de créer des scénarios dans lesquels le Fold va appliquer des paramètres choisis. On peut par exemple choisir que tous les jours de la semaine à 23h le smartphone passe en mode avion, que la luminosité soit réglée au minimum et que l'alarme soit réglée pour le lendemain à 7h. Un peu gadget diront certains. Cependant, une fois que l'on s'est donné la peine de créer quelques scénarios, cela s'avère pratique.
samsung-galaxy-fold-interface.jpg
L'une des seules adaptations de l'OS de Samsung à ce Galaxy Fold est la gestion du multitâche. Sur le Fold, il est possible d'afficher 3 applications en partage d'écran et un peu plus grâce à un système de fenêtres flottantes. Sans aller jusqu'à dire que l'on retrouve la flexibilité d'un ordinateur, cela apporte tout de même un plus en matière de productivité.

Samsung propose également une fonction baptisée "App Continuity". Celle-ci permet tout simplement de faire basculer une application ouverte sur le petit écran automatiquement sur le grand écran, et inversement. La grande majorité des applications autorise ce passage d'un écran à l'autre. Un passage qui se fait globalement sans heurt.

POINTS FORTS

  • Un petit smartphone et une tablette dans le même produit.
  • Deux écrans de très bon niveau.
  • Une excellente autonomie.
  • Deux bons haut-parleurs.
  • Des photos correctes.
  • Une paire d'intras Galaxy Buds fournie.
  • Des performances très solides.

POINTS FAIBLES

  • Le petit écran n'est pas idéalement placé.
  • Les performances photo en basse lumière sont un peu décevantes.
  • Pas de prise mini-jack 3,5 mm.
  • Pas de certification d'étanchéité.

CONCLUSION 5/5

Nous étions plutôt sceptiques face à ce Galaxy Fold au premier abord, mais il a su nous convaincre à l'usage. La dualité entre un petit écran facile à manipuler d'une seule main et un grand écran confortable fonctionne à merveille. Certes, tout n'est pas parfait et nous déplorons quelques défauts. Cependant, le Samsung Galaxy Fold présage de belles choses pour le futur, et nous conduit à dire que le smartphone pliable n'est pas qu'une simple lubie des fabricants.

Source: Les Numeriques 

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Livraison internationale
Livraison Gratuite
dans le monde entier
Service client
À vos côtés 7j / 7
En Bas à Droite !
Satisfait ou remboursé
(Soumis à Conditions)

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye
Vous êtes client Amazon ? Payez désormais avec les informations de paiement et les coordonnées stockées dans votre compte Amazon.

Vous avez un compte Amazon ? Connectez-vous avec votre compte Amazon et essayez la commande Express

Connexion avec

J'ai déjà un compte,